• Journal intime

    La Petite fille sur la Banquise – Adélaïde Bon

    Genre :  témoignage, autobiographie
    Auteur : Adélaïde Bon
    Année :  2010
    Nombre de pages : 256

    Résumé : Elle a neuf ans, elle a réussi à négocier avec ses parents d’aller acheter des paillettes de nourriture pour le poisson. Elle en a profité pour s’acheter trois carambars. Au retour, l’homme lui parle et lui fait l’indicible. Elle se souvient de peu de choses, mais ce peu va longtemps la hanter. Son cerveau a enfoui une partie de ce qu’il s’est passé, mais le passé revient toujours sous forme de méduses qui cherchent à l’attaquer sans arrêt. C’est un long combat pour appartenir à ce moment, tout en étant ailleurs.

    Ce que j’ai aimé : C’est un livre très bien écrit, par quelqu’un qui a pu verbaliser beaucoup de choses. Et les mots, ça permet bien souvent d’extérioriser. Son témoignage est important. On connaît tous les statistiques des violences, mais l’estimation des statistiques de gens qui n’en parlent pas est effarante. Ce livre peut être une aide : une blessure, même comme celle-ci, peut guérir. Dans son malheur, on ne peut pas dire qu’Adélaïde a eu de la chance, mais certains facteurs extérieurs l’ont aidée : « J’étais une petite fille blanche d’un quartier cossu, je serai crue, je ne serai ni poursuivie pour dénonciation calomnieuse ni jugée pour ce que je portais ce jour-là. Giovanni Costa est un malfaiteur immigré, il n’est ni chef de famille ni notable, il n’aura pas de pairs pour le protéger, il sera certainement condamné. »
    C’est un petit nombre de pages, ça se lit vite. Mais on est dans l’émotion permanente, on voudrait prendre toutes les Adélaïdes, la petite, l’ado, l’adulte, la mère dans nos bras, lui offrir un peu d’amour.

    Ce que j’ai moins aimé : Difficile de parler d’appréciation, on ne juge pas la vie d’une personne. L’histoire est difficile à lire, parce que c’est de la vraie violence qui souille l’enfance, le truc le plus sacré de notre société. Alors si t’as envie d’un moment de détente, passe ton chemin. C’est de la violence brute, pas de la violence glamourisée pour distraire nos fins de journées. Ensuite, stylistiquement parlant, la narratrice alterne entre le « Je » et « Elle », c’est absolument déroutant. On sent bien qu’elle essaie de nous mettre dans une ambiance de distanciation, mais parfois, on s’y perd un peu.

    Si tu veux me soutenir, je te file un lien affilié pour acheter le bouquin. C’est un lien affilié Amazon (saymaljesaismaissitasmieuxjeprends), tu peux t’en servir pour aussi acheter autre chose.

  • Livre

    Bloc 11 – Piero Degli Antoni

    Genre :  historique, roman, drame
    Auteur : Piero Degli Antoni
    Année :  2010
    Nombre de pages : 280

    Résumé : On est en 1944, à Auschwitz. Un autre monde, quoi. Il y a eu une évasion de trois prisonniers. Dans ce cas-là, il est d’usage de fusiller des camarades restants sur place. Mais des fois, les nazis ont de l’imagination et cette fois, le commandant a une nouvelle idée. On va pas simplement faire une banale fusillade. Pendant qu’il fait tranquillou une partie d’échecs avec son gamin, il demande à ce qu’on enferme 10 prisonniers dans le bloc 11 et leur laisse la nuit pour décider lequel d’entre eux sera fusillé au petit matin. Evidemment, dans ce genre de cas, rien n’est moins simple. Quelle vie vaut plus qu’une autre? Et puis qu’en sera-t-il au petit matin? Même si un nom sort, qui dit que les nazis vont respecter le deal qu’ils ont eux-même imposés?

    Ce que j’ai aimé : Si tu as une petite après-midi à passer à la fraîche sous ton plaid, tu revisites ici le traditionnel huis-clos. La mise en scène dans le camp ajoute une pression supplémentaire au contexte angoissant. En ce qui concerne le contexte historique, ce roman est vraiment pas mal. Déjà, la vie du camp, bien qu’assez succinctement décrite, est assez imaginable. L’auteur dissémine son récit de mots de vocabulaire du camp et nous met un lexique à la fin. Ce huis clos sert aussi de prétexte à décrire la diversité de prisonniers. On a tous en tête les juifs, qui ont été effectivement les premières victimes.

    Ce que j’ai moins aimé : J’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, l’impression de les regarder derrière une vitrine. Justement, leur diversité, j’ai eu du mal à gober que c’était anodin. D’autre part, l’auteur fait un parallèle entre la partie d’échecs que mène le commandant avec les pions du bloc 11. Alors, c’est assez bien en soi, mais j’ai lu il y a peu de temps l’Échiquier du mal de Dan Simmons, qui est quand même un chef d’oeuvre du thriller fantastique (mais je vous en parlerai une autre fois). Donc c’est encore trop haut et trop frais dans ma tête pour que je ne fasse pas un parallèle que Piero Degli Antoni ne mérite pas.

    Si tu veux me soutenir, je te file un lien affilié pour acheter le bouquin. C’est un lien affilié Amazon (saymaljesaismaissitasmieuxjeprends), tu peux t’en servir pour aussi acheter autre chose.

  • Livre

    Le garçon en pyjama rayé – John Boyne

    Genre :  historique, roman, jeunesse
    Auteur : John Boyne
    Année :  2006
    Nombre de pages : 208

    Résumé : On est en 1942. Bruno, 9 ans, adore sa maison de 5 étages, où il y a toujours un recoin à explorer, et surtout la rambarde de son escalier par lequel il peut toujours se laisser glisser. Il adore son quartier Berlinois, et ses meilleurs copains pour la vie. Il aime moins sa grande sœur qui ne sert à rien, mais il adore quand sa grand-mère, cantatrice les déguise pour Noël et leur fait jouer un spectacle pour la famille. Il aime moins aussi quand, suite à la visite du Fourreur, son père a une promotion, et que la famille doit déménager pour l’accompagner dans ses nouvelles fonctions, dans un endroit qui s’appelle Hoche-Vite. Là-bas, la nouvelle maison est beaucoup plus petite, il n’est plus question d’exploration, même si les gens de l’autre côté de la barrière, en pyjamas gris et blancs sont très intrigants.

    Ce que j’ai aimé : Le point de vue original d’un gamin de nazi. Ce gosse est tellement à côté de la plaque, et en même temps comment lui en vouloir. On ne lui explique jamais rien, alors quand il devient pote avec Shmuel, un môme de l’autre côté de la barrière, Bruno est bien souvent maladroit, voire carrément malaisant. Je pense qu’en contextualisant bien, cette lecture peut être une bonne manière d’aborder la période avec des pré-ados. En tant qu’adulte, on sait tout ça, et le côté intéressant du bouquin, c’est qu’il nous ramène un œil neuf sur cette période, dont on ne fera jamais assez le tour.

    Ce que j’ai moins aimé : la fin, mais je vais pas spoiler.

    Si tu veux me soutenir, je te file un lien affilié pour acheter le bouquin. Il existe même une version cinématographique de cette histoire, mais je ne l’ai pas vue alors je te laisse découvrir.

  • Livre

    Le Long Voyage – Gilles d’Argyre

    Salut! Alors ouais c’est l’espèce d’énième come-back, mais bon, toi même tu sais, la vie, des fois ça marche, des fois ça marche pas.
    Là, en l’occurrence, je sors de l’hosto, et je suis coincée au lit pour un bon moment. Alors je me suis dit que c’était le moment de sortir les doigts et de rompre le jeûne de lecture. Parce que j’en ai commencé des bouses, mais j’ai rien fini. Alors quand c’est comme ça, on revient aux valeurs sûres, la SF des sixties.

    Alors Gilles d’Argyre, c’est le pseudo pris par Gérard Klein (pas l’instit’ hein?) pour trois romans qui ont ensuite été revus et corrigés pour reparaître sous un unique ensemble « la Saga d’Argyre ». Je comprends pas ce concept trompeur, parce que les romans sont vraiment indépendants.
    Gérard Klein a surtout été connu pour son job d’éditeur, notamment pour la Grande anthologie de la science-fiction. Mais, le sachiez-vous, il a pris l’option éco au bac et a surtout bossé dans la finance avant, et a même participé à la création du PEL.

    Mais revenons à notre roman. Je précise que j’ai lu une version originale, donc pas revisitée. D’ailleurs, je suis contente, parce que c’est mon premier Fleuve Noir Anticipation avec les premiers visuels, mais ça se vend horriblement hors de prix pour des vieux poches moisis.
    On est dans un futur lointain. Les Etats-Unis ont splitté : l’Ouest est assez pauvre pendant que l’Est prospère et est à fond dans la conquête spatiale. On suit Hiram Walker, un noir de l’Ouest cherche à émigrer de l’autre côté de la frontière pour voyager dans l’espace. Il y arrive plutôt bien et se voit la mission de recruter des migrants pour une mission exceptionnelle : on va peupler Pluton et la déménager vers Proxima du Centaure. Sauf que tout le monde ne veut pas voir réussir cette mission exceptionnelle.

    C’est finalement un bon petit thriller pour la reprise. Ça s’est lu crème. Il n’a pas trop mobilisé de ressources. Tu peux l’embarquer pour les premiers rayons de soleil si tu veux mouler sur la pelouse.

  • Livre

    L'étranger – Cycle de l'absurde 1 – Albert Camus

    Genre :  classique, roman, littérature française
    Auteur : Albert Camus
    Année :  1942
    Nombre de pages : 185

    Résumé : Meursault, c’est le mec qui est là sans être là. Il paraît spectateur de sa vie. Son travail, sa meuf, ses voisins-potes… Il entretient des relations avec le monde, un peu parce qu’il faut le faire, ou peut-être parce qu’il n’a pas l’idée de faire autrement, on ne sait pas trop. Même la mort de sa mère, on dirait que ça lui en touche une sans bouger l’autre. On passe ainsi la moitié du roman à subir Meursault comme lui-même, face à son idée de l’existence, de la société.

    Et un peu comme dans « Une Nuit en enfer », tout bascule. Après une rocambolesque histoire d’altercation, il tue un mec sur la plage, de plusieurs coups de feu. S’ensuit l’histoire de son procès, où, moins que l’acte, son apparente insensibilité est jugée. Les événements auxquels nous avons assisté depuis le début apparaissent maintenant sous l’œil dramatisant d’une cour d’assises, le regard vindicatif de la foule et la scénarisation de la presse, toujours amatrice de sensationnalisme. Meursault finira jugé non pour son acte mais pour ce qu’il est.

    Ce que j’ai aimé : Un roman court, fort, intense, au moins autant que son incipit.
    Ce que je n’ai pas aimé : Difficile de s’immerger complètement, de s’identifier à celui qui nous reste étranger.

    Note : 3/5
    Sinon, tu peux aussi aller voir ce que fait Jérôme Guilbot, c’est super!
    DianaCagothe

  • Livre

    La Sirène rouge – Maurice G. Dantec

    Genre :  roman, thriller, policier, road-trip, littérature française
    Auteur : Maurice G. Dantec
    Année :  1993
    Nombre de pages : 575

    Résumé : Keuargh? Je reviens avec de la pas SFFF? Bah oui. Eva Kistrensen, blonde sulfureuse et démoniaque est une riche vilaine (mais du genre très, très) à la tête d’un empire mafio-dégueu. Elle a des délires mystico-carnassiers, et étend sa fortune en tournant et revendant des snuff-movies. Sa fille, Alice, une brillante pré-ado, n’a pas l’air de vouer d’autre sentiment filial que la crainte même si elle est étonnement brillante (en même temps, vlà l’instinct de survie qu’il faut pas développer avec une génitrice pareille). Là, où elle commence à devenir une petite fouineuse, c’est quand sa préceptrice disparaît, et que la ch’tiote découvre une cassette vidéo où la jeune fille se fait charcuter. Et des K7, il y en a plein. Ni une, ni deux, Alice va faire un tour au comico. Confrontée à la lourdeur administrative qui menace de la renvoyer illico presto chez môman, elle s’enfuit et se retrouve à se planquer dans une bagnole, et pas n’importe laquelle, celle d’Hugo Toorop, un mercenaire, qui prend la gamine sous son aile et va traverser l’Europe pour la ramener chez son père, tout en fuyant l’armada lancée à ses trousses par la mère Kristensen.

    Ce que j’ai aimé : Alors là, je vous dis tout de suite, Dantec, il est dans le panthéon de mes auteurs chouchous. Bien que très controversé, notamment sur ses positions qui se sont radicalisées et devenues des élucubrations en fin de vie, il a parfaitement décrit un univers millénariste dans l’ensemble de son oeuvre. Je l’ai lu à l’époque de sa sortie, et relu quelques fois depuis. Ce roman ne perd pas de sa superbe, et n’a pas trop subi le passage du temps, si ce n’est l’absence de téléphones portables. C’est un road trip hyper rythmé, avec de très vilains méchants, mais des héros très malins. Bon, je simplifie à outrance, mais on a peur pour eux et ça nous donnerait presque envie de passer une nuit blanche avec eux, au bord de la bagnole.
    Pour les détracteurs de Dantec, où pour ceux qui n’auraient aucune idée de qui est ce type, c’est un bon roman pour vous, loin de son univers cyberpunk misanthrope désabusé.
    Ce que je n’ai pas aimé : Justement, ça ressemble un peu moins au grand Dantec que je connais.

    Note : 4/5
     
    Pour une fois, je vous propose également une bande son, et celle-ci, pour son côté fin de siècle, on aura tout compris, même les shérifs ceux qu’on achète on les distingue mal des bandits.  Le 666.667 club de Noir Désir : le destin de Cantat et de Dantec ont quelque chose de similaire, des idoles au destin luciférien.

  • Autour du livre

    Alors, quoi de neuf ?

    Non, le WC n’est pas mort, ça bouquine toujours… Pour  preuve, ce book haul de la muerte :

    View this post on Instagram

    Bilan des vacances... PAL +11 #bookstagram

    A post shared by Nanc' (@nanclovesharry) on


    Les 6 premiers viennent de Bouqui’Disk au 15 rue des Petits Gras à Clermont-Ferrand. Une petite boutique qui vaut vraiment le coup. J’y ai vu une édition numérotée de La nouvelle Justine de Sade dont je n’ai même pas osé demander le prix… Pour les amateurs de SFFF et surtout d’oldies, le rayon est bien fourni. J’y ai même vu des premières éditions de Fleuve Noir Anticipation que je n’avais jamais vu nulle part, mais qui étaient un peu trop chères à mon goût. Donc le bilan :

    • Cor Serpentis : une anthologie d’auteurs russes de SF, paru en 1957, imprimé en Russie. #pépite
    • Metalikus –  Maurice Limat : parce qu’il fallait que je reparte avec un FNA
    • Repères dans l’infini – Jean-Pierre Andrevon : pour l’auteur et c’est mon premier Denoël – Présence du Futur dans les premières éditions
    • Traque-La-Mort : pour l’auteur également et c’est aussi mon premier Lattès – Titres/SF
    • Bilbo le Hobbit de J.R.R. Tolkien : première édition française, qui va compléter ma première édition française de poche du Seigneur des Anneaux et ma première édition française du Silmarillion. Je commence à avoir une bonne collec’ tolkienesque
    • Le Monstre de Métal d’Abraham Merritt : mon premier Hachette – Le Rayon Fantastique. Je ne connais que la nef d’Ishtar de l’auteur et j’avais moyennement aimé donc, j’ai décidé de donner une seconde chance à l’auteur.

    Ensuite, je suis allée du côté de Bourges. Tout d’abord, je me suis baladée dans le Jardin des Prés-Fichaux, joli jardin art déco qui avait une boîte à livres. J’y ai donc ponctionné :

    • Une Rose au Paradis de René Barjavel : un des rares trucs de l’auteur que je n’ai pas lu.

    Puis ensuite, en me baladant, je suis allée chez Futur Archaïque au 16 rue d’Auron. Là, il faut prendre son courage à deux mains pour explorer les doubles rangées de livres sous des piles. J’ai quand même fini par moissonner :

    • Mars de Ben Bova : parce que c’est un classique de la littérature martienne à avoir lu
    • Terreur de Dan Simmons : Hypérion, c’était tellement bien, que j’ai envie d’approfondir
    • Les Larmes du Cardinal de Pierre Pevel : pour le pitch un peu fou qui parle du cardinal Richelieu et de dragons
    • Villa Vortex de Maurice G. Dantec : il est temps que j’y revienne.

    Alors, c’est lequel qui vous branche le plus?

     

  • Livre

    Le messie de Dune – Dune 2 – Frank Herbert

    le-messie-de-duneTitre Original : Dune Messiah
    Genre :
     
     roman,  science-fiction, littérature américaine
    Auteur : Frank Herbert
    Année :  1972
    Nombre de pages : 264

    Résumé : Paul Atréides a vaincu l’empereur Padishah et a pris sa place. Le voici donc Empereur entouré de sa garde rapprochée: sa meuf Chani, sa fausse meuf Irulan (la fille de l’empereur qui n’est là que pour des raisons politiques), sa mère Jessica et sa sœur Alia . Son problème est, outre déjouer les différents pièges des opposants, qu’il se retrouve coincé dans sa vision presciente et ça sera d’ailleurs le nœud central du romain: comment peut on encore influer sur le monde si on connait déjà tout à l’avance ? Ajoutez à cela ces chacals du Bene Tleilax qui lui offrent un ghola (clone d’un mort mais pas que, parce qu’on parle des Tleilaxu) Duncan Idaho et c’est le bordel dans la tête de Paul. Comment tenir son sentier d’or et assurer la survie de l’humanité alors que ses visions ne sont que désastre et chaos?

    Ce que j’ai aimé : le tiraillement de Paul et le problème lié à la prescience et sa sœur qui va devenir complètement tarée. Ça se lit vite et bien et Scytale fait son entrée dans la ronde.
    Ce que je n’ai pas aimé : c’est un roman de transition et on le sent bien. Paul est dans l’impasse, il faut le faire disparaître. C’est un peu chiant parce qu’il ne fait qu’hésiter et hésiter, il était plus sûr de lui quand il a pris la tête des Fremen.

    Note : 4/5 (ça reste le cycle de Dune, faut pas déconner quand même)
    Kwaite

     

  • Livre

    Windows on the World – Frédéric Beigbeder

    windows-on-the-worldTitre Original : Windows on the World
    Genre :
     
     roman, contemporain, littérature française
    Auteur : Frédéric Beigbeder
    Année :  2003
    Nombre de pages : 371

    Résumé : Deux histoires se croisent aux derniers étages de deux gratte-ciels : le World Trade Center et la Tour Montparnasse (oui, tout de suite ça en jette moins). Le narrateur, vient prendre un petit déjeuner en 2003 au 56, le resto de la tour parisienne. Il imagine alors ce qu’aurait pu être le dernier petit déjeuner au sommet d’un américain du nom de Carthew Yorston, agent immobilier texan venu déjeuner avec ses gamins, le jour où il ne fallait pas : le 11 septembre 2001. Au long des 300 pages, Beigbeder imagine les deux dernières heures de l’immeuble et entremêle sa propre histoire à celle du texan.

    Ce que j’ai aimé : Finalement, on a un bon petit thriller haletant. Même si on sait comment ça se termine, on se prend à espérer au fil des pages que Cart et ses gosses vont réussir à s’en sortir.
    Ce que je n’ai pas aimé : Pfou, les turpipudes de Beigbeder, ça devient long et chiant dans ce roman. On n’a pas envie de compatir à sa vie miséroïde. Et si l’idée du roman est originale, ça en devient vulgaire et gênant.

    Note : 2/5
    DianaCagothe
  • Livre

    Opération Astrée – Perry Rhodan 1 – Clark Darlton, Karl-Herbert Scheer

    operationastreeTitre Original : Unternehmen stardust
    Genre :
     
    roman, science-fiction, space opéra, littérature allemande
    Auteur : Clark Darlton, Karl-Herbert Scheer
    Année :  1961
    Nombre de pages : 166

    Résumé : 
    Tristan : Whouaou, comment n’ai-je pas entendu parler de la série de science fiction la plus longue du monde, 2600 volumes de 1961 à 2011, le monstre sacré de la SF. L’histoire de la série en elle-même est plutôt sympa, originellement faite pour durer entre 30 et 50 fascicules, elle ne s’est jamais arrêtée. Plusieurs écrivains s’y sont mis sur une trame commune avec un fil directeur correctement mené entre les bouquins. A la base, moi la SF d’avant les années 80, je suis toujours un peu moins fan mais le premier tome fait 166 pages, ça ne va pas être long, j’attaque direct.
    Ça démarre en 1960 (date d’écriture du bouquin) où, en pleine guerre froide, les Etats-Unis font la course pour aller sur la Lune. L’univers est très fidèle aux événements de l’époque. Perry réussit donc à se poser sur notre beau satellite et y rencontre un autre vaisseau spatial peuplé d’extraterrestres pacifiques et neutres sur le déclin dont un est malade (Aucun rapport avec les hippies non non non). Le bouquin est très bien écrit et détaille vraiment bien la déco très stylée de l’époque, le truc que j’aime vraiment.
    On reste naturellement sur sa faim dès la dernière page tournée, mission accomplie donc pour un épisode pilote, je lirai donc un de ces quatre quelques suivants.
    Diana Cagothe : Tout d’abord, je veux dire un grand merci à Tristan, qui m’a déniché une vieeeeeeeille édition absolument nickel, absolument culte, absolument magnifique. Même si je suis une grande fan des sixties (petite baby doll), j’avoue que j’étais longtemps passée à côté de la série Perry Rhodan.perry-rhodan
    Concernant, l’histoire, on en est à la période prélunaire, et les amerloques vont se poser sur la Lune, damant le pion à la Fédération Asiatique et au grand éternel ennemi bolchevique. Le vaisseau de la gloire sera l’Astrée et le big boss de la bête : « Le commandant de la première expédition lunaire sera le major Perry Rhodan, pilote du risque des Forces de l’Espace, 35 ans astronaute et physicien atomique, spécialiste également, de la proppulsion nucléaire. Vous connaissez tous, déjà, Perry Rhodan : il est le premier pilote américain à avoir bouclé la boucle autour de la lune ». Ben ouais, rien de moins. Tout boss de fin de niveau qu’il est, Rhodan va connaître un incident d’alunissage sur la face cachée de l’Astre. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, il y a un autre vaisseau scratché, appartenant aux Arkonides. Eux, ce sont une race (on peut encore dire ça?) plus ancienne, qui a depuis longtemps atteint son apogée et qui est en plein déclin. Et Rhodan va conclure un pacte avec eux pour empêcher la guerre froide de devenir explosive.
    Ce que j’ai aimé :
    Tristan : Le côté fidèle aux événements politiques de l’époque, la personnalité de Perry, l’écriture.
    Diana Cagothe : Le côté viril & poilu : gloire au Major Perry Rhodan. Lui, c’est le plus beau, le plus fort, le plus intelligent. Les auteurs ont réussi à sublimer le kitchissime personnage pour en faire un culte, une peu comme les bons vieux Schwarzy ou Van Damme. Pas besoin d’être fan de SF, ça se lit vite et bien. Si on accroche, c’est parti pour une longue série. Si ça ne plaît pas, c’est vite plié. Mais il faut au moins goûter à ça!
    Ce que je n’ai pas aimé :
    Tristan :
    Pour le moment rien mais j’espère que la suite quitte le côté politique actuel du moment USA/URSS/Chine pour entrer plus dans de la SF space opéra.
    Diana Cagothe : rien, vivement la suite!
    Note : 4/5
    DianaCagotheTristan